Redshift : reposez vos yeux !

Salut salut !

Aujourd’hui, pas de technique, pas de bidouilles de programmes. Open-Freax se recycle et fait dans l’utile (quoique c’était déjà le cas, non ? 😀 ) : on va prendre soin de vos petits yeux chafouins !

Si vous aussi vous travaillez aussi pas mal devant un écran, vous connaissez bien le problème : la luminosité extérieure (la cave pièce où vous vous trouvez, ou ce truc flippant que les gens appellent « dehors ») varie, celle de votre écran non. Un coup c’est pas assez et vous voyez rien, et hop quand la nuit tombe vous avez l’impression d’avoir un phare à LED (ça abîme les yeux aussi, by the way) en guise de moniteur.

Et toutes ces couleurs (le blanc en particulier) ont tendance à fatiguer vos petits yeux, et le truc, c’est qu’on y tient.

 

Mais, comment faire ?

Non, avant d’éteindre l’ordinateur, il y a des options pour moins fatiguer des yeux. Je ne dis pas que le travail sur écran sera pour autant une cure de repos, mais ça piquera moins le soir.

Déjà, les conseils habituels : pas d’éclairage direct, pas de reflets sur l’écran, l’éclairage « fort » orienté vers le plafond, tout ça. L’utilisation de couleurs « désaturées » (on évite le wallpaper bleu vif, le bleu et le rouge étant aux extrémités du spectre visible, ça demande pas mal d’accommodation) et surtout d’un nombre restreint de couleurs (si vous vous demandiez pourquoi LibreOffice donne pas dans le super fashion : on considère que 4 couleurs différentes sur l’écran, ça va, après c’est dur pour l’œil) peut aussi aider. Privilégiez aussi les caractères foncés sur fond clair.

Bon, c’est déjà pas mal, mais c’est chiant et pas assez. Il y a aussi… les « bains de couleurs » ! Et tout particulièrement le rouge/orangé !

Mais là vous allez me dire… à part ajouter un filtre rouge sur l’écran le soir… on fait comment ?

C’est tout l’objet de cet article : vous présenter un outil qui fait ça pour vous.

 

Redshift

Redshift (« décalage vers le rouge ») est un logiciel libre qui adapte automatiquement la luminosité de votre écran. En fait, il ne touche pas vraiment à la luminosité, mais surtout à la température des couleurs affichées : en fonction de votre position géographique (qui lui donne l’heure, en gros), l’affichage tire plus ou moins fort vers le rouge/orangé, qui est plus doux pour vos yeux.

Alors oui, ça demande un petit temps d’adaptation, et c’est pas top pour regarder un film ou des photos de vacance. Mais après, plus de retour en arrière possible !

Le logiciel est toujours développé/suivi, dispose (si besoin) de son propre PPA pour Ubuntu et consort, et des builds potentiellement instables sont disponibles pour les utilisateurs de Windows (honte à vous). Vous pouvez aussi aller voir du côté de F.lux, qui fait sensiblement la même chose, et est probablement plus stable sous Windows et tourne aussi sous Mac OS et iOS.

 

Installation

Sous Debian/Ubuntu/autres dans une version pas trop archaïque, redshift est dans les dépôts. Utilisez votre gestionnaire de paquets favori ou la console (un petit apt-get install redshift gtk-redshift vous installera l’outil en ligne de commande et l’intégration GTK+), et c’est terminé ! Notez que la dernière version a renommé gtk-redshift en redshift-gtk 😉

 

Utilisation

La ligne de commande est plus complexe mais bien plus configurable !

Quoi qu’il en soit, vous trouverez si vous avez installé gtk-redshift un raccourci pour lancer l’application dans votre menu des applications 😉

Icône de lancement de redshift
Icône de lancement de redshift

Normalement, ça suffit à lancer redshift et à teinter votre écran. Notez l’apparition d’une « applet » dans la zone de notification :

Vous avez trouvé l'icône ?
Vous avez trouvé l’icône ?

Via un petit clic, vous pouvez donc activer/désactiver redshift. Ce dernier se base sur geoclue ou gnome-clock (ou un réglage manuel, hein) pour déterminer votre fuseau horaire.

 

En ligne de commande, c’est pas beaucoup plus méchant : redshift -l 60.19:24.83 (où 60.19 et 24.83 sont les coordonnées de là où vous êtes) et c’est fini ! Bon, y’a d’autres options, et si vous vous sentez l’âme d’un aventurier vous pouvez créer vite fait au fichier de configuration : ~/.config/redshift.conf.

Je vous donne donc un exemple de fichier de conf, emprunté au site de l’auteur de redshift et traduit en français par mes soins, pour vos beaux yeux :

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
; Paramètres globaux de redshift
[redshift]
; Définition des températures de l'écran pour le jour et la nuit
temp-day=5700
temp-night=3500

; Activer/Désactiver la transition douce entre jour et nuit
; 0 - changement brutal de la température
; 1 - changement graduel (fondu) de la température
transition=1

; Définition de la luminosité de l'écran. Par défaut : 1.0 (100%)
;brightness=0.9
; La version 1.8 permet de changer la luminosité au passage jour/nuit
;brightness-day=0.7
;brightness-night=0.4
; Définition du gamma de l'écran (pour toutes les couleurs, ou individuellement)
gamma=0.8
;gamma=0.8:0.7:0.8

; Définition du système de "géolocalisation" : 'geoclue', 'gnome-clock', 'manual'
; Tapez 'redshift -l list' pour une liste des valeurs possibles ou de l'aide
; Les paramètres du système de géolocalisation se trouvent dans une autre section
location-provider=manual

; Définition de la méthode d'ajustement : 'randr', 'vidmode'
; Tapez 'redshift -m list' pour voir la liste des valeurs possibles
; 'randr' est la méthode recommandée, 'vidmode' est une API plus ancienne
; (mais fonctionne parfois dans le cas où 'randr' ne fonctionne pas).
; Les paramètres d'ajustement se trouvent dans une autre section
adjustment-method=vidmode

; Configuration du système de géolocalisation :
; Tapez 'redshift -l FOURNISSEUR:help' pour de l'aide
; Ex: 'redshift -l manual:help'
[manual]
lat=60.19
lon=24.83

; Configuration de la méthode d'ajustement
; Tapez 'redshift -m MÉTHODE:help' pour de l'aide
; Ex: 'redshift -m randr:help'
; Dans cet exemple, vidmode est configuré pour ajuster l'écran 1.
; Notez que la numérotation des affichage commence à 0. L'écran 1 est donc le deuxième écran.
[vidmode]
screen=1

 

Voilà voilà. Comme d’hab, en cas de questions, n’hésitez pas. Testez, adaptez, enrichissez le fichier de configuration d’exemple. Et vous verrez sans doute vous aussi qu’après 3-4 semaines d’utilisation de redshift, vos yeux vous picoteront moins en fin de journée.

 

Allez, je vous abandonne, je vais continuer à tester un super logiciel qui force à faire des pauses/exercices devant l’ordinateur pour éviter les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques), histoire de vous faire un retour. Bah oui, début d’année, « bonne santé » tout ça. :mrgreen:

14 commentaires sur “Redshift : reposez vos yeux !

  • 14 janvier 2014 à 14 h 32 min
    Permalink

    sympa, merci pour le partage. Je connaissais f.lux (je suis sous ubuntu) mais obligé de tuer le processus pour récupérer l’affichage normal…pas très pratique. Je vais tester redshift

    Réponse
  • 6 octobre 2015 à 2 h 07 min
    Permalink

    Il n’y a pas de logiciel qu’on peut activer ou désactiver? Car effectivement, comme le dit l’article, si je veux regarder un film, je ne le veux pas seulement en rouge!

    Réponse
    • 6 octobre 2015 à 9 h 23 min
      Permalink

      Salut,

      Redshift vient avec une icône dans la zone de notification, qui te permet de basculer entre les états activé/non activé, et même de suspendre l’engin pour une durée déterminée.

      Pour F.lux, je ne sais pas, ne l’ayant pas installé sur ma machine ! 🙂

      Réponse
      • 6 octobre 2015 à 22 h 32 min
        Permalink

        Merci. Ça devient donc intéressant!

        Réponse
      • 6 octobre 2015 à 22 h 44 min
        Permalink

        Mais Mac refuse d’ouvrir le fichier d’installation que j’ai trouvé.
        Et d’ailleurs, ça parle d’Ubuntu et de Windows, mais effectivement, jamais de Mac…

        Réponse
        • 6 octobre 2015 à 22 h 57 min
          Permalink

          Ah, alors sous Mac OS en effet il est préférable d’aller regarder du côté de f.lux ! Les deux sont très proches l’un de l’autre 😉

          Réponse
          • 7 octobre 2015 à 20 h 07 min
            Permalink

            Et f.lux aussi sera désactivable quand j’en ai envie?

          • 7 octobre 2015 à 20 h 14 min
            Permalink

            Pour autant que je me souvienne, oui ! Il y a des raccourcis clavier, un petit panneau pour configurer tout ça… Je n’ai juste jamais testé sur du matériel Apple, j’y suis allergique 😉

          • 8 octobre 2015 à 0 h 14 min
            Permalink

            Et voilà, c’est fait, je t’écris en orange! Merci!

            (Je comprend ton allergie. Je déteste le totalitarisme Apple, mais ce sont des machines fiables et faciles…)

            T’es vraiment un saint de la technologie, merci encore d’aider les nuls!

            (En passant, tu sais où je peux trouver Word gratos? Hé hé!)

          • 9 octobre 2015 à 11 h 17 min
            Permalink

            Super ! 😉

            « Word gratos » ? Non je ne sais pas, je n’ai jamais cherché, et je n’utilise quasiment que des outils libres. J’aurais tendance à te renvoyer vers LibreOffice 5, fraîchement sortie et qui dépote sévère ! 😀

            (et au-delà de ça, je ne souhaite pas voir de liens P2P/warez/machins d’une légalité douteuse passer ici :mrgreen: )

          • 9 octobre 2015 à 21 h 14 min
            Permalink

            Je suis pas sûr de comprendre, hi hi, je pense que t’es un habile rigolo…

  • 3 juin 2016 à 9 h 57 min
    Permalink

    Bonjour.
    Je vous informe que l’auteur de redshift as mis à jour son fichier de configuration.

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *