[Test] Cozy Cloud

Salut tout l’monde !

Je profite d’une accalmie (très) provisoire pour vous causer d’un truc que j’ai testé ces 15 derniers jours, après des mois à me dire « faut que j’essaye », exhorté par @Zilkos et @Fr33Tux (pour ne citer qu’eux) : Cozy Cloud. Cozy, je l’avais mentionné dans un précédent article sur l’auto-hébergement : c’est un p’tit machin à installer sur votre machine ou petit serveur, qui va vous permettre de ranger vos données/notes/contacts/mails/conneries chez vous, et d’en profiter depuis n’importe quel terminal connecté au net.

Bien sûr, tout n’est pas encore complètement opérationnel (genre l’appli pour les mails), parce que le projet est encore en développement (et pourtant, ya déjà un sacré boulot de fait, parole de développeur). Il y a plusieurs moyens pour l’installer, le plus simple étant un petit script en Python qui se connecte à votre serveur et fait tout le boulot pour vous. Vous pouvez aussi faire tout ça à la main, utiliser une machine virtuelle, ou copier une image toute faite de Raspbian+Cozy sur la carte SD de votre RaspberryPi.

 

L’installation

Loin de moi l’idée de vous faire un tutoriel complet sur le comment du pourquoi, déjà parce que c’est pas violent en soi (dans mon cas, un coup de dd pour écrire l’image sur la carte SD, un petit raspi-config pour tout mettre d’aplomb côté locales/clavier/password/overclocking, et basta). Même si pour des raisons évidentes de sécurité j’ai fait pas mal de bidouilles, à commencer par renouveler les certificats SSL pré-installés. Bah, peut-être qu’un tutoriel viendra, sait-on jamais !

J’ai donc installé ça sur mon Raspberry Pi « B » (512Mo de RAM, tout ça), parce que ça fait pas de bruit, et que ça consomme trois fois rien. D’habitude, je me sers de mon Dockstar pour ce genre de bidouilles, mais avec 128Mo de RAM, faut pas espérer faire tourner Cozy : 512Mo semblent être un minimum. Il consomme moins, hein, mais chaque application lancée se rajoute, et après 5-6 applis installées, ça commence à se sentir 🙂

La configuration du compte Cozy est des plus simples : un mot de passe à donner, une adresse mail, et la langue dans laquelle vous voulez afficher les pages.

Notez (ce fut une surprise pour moi) qu’à une instance de Cozy n’est associé qu’un seul et unique compte : pas moyen de faire un compte de test pour un pote, ou un compte à Papa/Maman pour déposer des photos.

 

À quoi ça ressemble ?

Rien de bien méchant. L’interface est bien léchée, les applications officielles sont harmonisées en termes de design, on ne se perd pas, tout est fait pour que vous accédiez à votre contenu en un minimum de clics.

 

Sélection_014
L’accueil de votre Cozy

 

La barre bleue du haut affiche un bouton pour revenir au « home » (ce que vous voyez sur la capture, en fait), les notifications s’il y en a (dans mon cas… des échecs d’installations d’apps :mrgreen: ), et le bouton de déconnexion.

Vous avez donc les applications au milieu, et sur la droite une liste d’icônes, permettant d’accéder à la page pour gérer votre Cozy (les applications installées, l’espace disque, la RAM utilisée…), ou encore de se rendre sur le « store » pour ajouter de nouvelles applications (pas super fourni encore, mais ça va venir !).

 

Sélection_015

 

Et les applications, alors ?

À part quelques bugs de-ci de-là (là par exemple, il m’a interverti les noms de Bookmarks et Feeds, va savoir pourquoi), ça marche super bien, c’est très fluide (au moins en local, après je dis pas que de l’extérieur c’est miraculeux, même si j’ai pas trop à me plaindre), mais je n’ai pas pu essayer la synchro WebDAV/CalDAV tout ça vu que l’appli m’a envoyé sur les roses à chaque tentative d’installation. Je ne baisse pas les bras, ça viendra 😉

Allez, en vrac 😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Pour terminer…

Franchement, pour quelque chose de « pas fini », c’est déjà très prometteur. La doc est pas encore super complète, les traductions pareil, et il manque encore des choses à mon goût (genre un navigateur de fichiers [ça va venir] ou un éditeur de documents) pour que je remplace mon ownCloud qui, dans la version 6 (Spoiler : test de la beta à venir dans la semaine 😀 ), intègre un éditeur collaboratif de documents au format ODF qui envoie du lourd et relègue Google Drive et Dropbox au rang d’usines à gaz pour handicapés de la vie.

Avec Cozy, c’est un grand nombre des reproches qu’on pouvait faire à l’auto-hébergement qui saute, dans la mesure où tout est centralisé à sa maison, avec UN truc à installer et maintenir qui gère toutes vos données, quelles que soient leur type.

Ça vaut vraiment le coup de l’essayer, n’hésitez pas une seconde, lancez-vous ! Je crois que je vais continuer à suivre ça de très près 🙂

Et un bisou à l’équipe de dev’ avec qui j’ai un peu échangé par mail et plus récemment par Twitter, continuez le boulot, c’est sur la bonne voie. Et si vous passez sur Troyes, une bière ou un café vous attend 😉

Un commentaire sur “[Test] Cozy Cloud

  • 10 novembre 2013 à 13 h 59 min
    Permalink

    Merci pour cette belle review ! Petite info supplémentaire, un gestionnaire de fincances personelles arrive bientôt. Je crois bien que ce sera le premier en version web et libre.

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *