#RGPD : vous avez dit « consentement » ?

#RGPD : vous avez dit « consentement » ?

Aaaah, le RGPD… que nos chers décideurs pressés appellent déjà « la GDPR » parce qu’en anglais ça fait plus disruptif, quand c’est pas « la RGPR », ou « le GRPR ». True story.

Vous en avez forcément entendu parler : si, cette nouvelle réglementation européenne qui va remplacer la loi Informatique et Libertés. Les amendes à plusieurs millions d’euro. Les entreprises françaises qui flippent parce que 1 an c’est pas assez pour se mettre en conformité (analyse technique : MDR, et je sais de quoi je parle).

Or, un des aspects que modifie fortement le RGPD et dont on ne parle pourtant pas énormément, c’est la notion de « consentement ». Aujourd’hui, on trouve de tout : des cases à cocher, des cases pré-cochées, pas de case du tout, et des politiques de confidentialité qui ressemblent plus à « L’Assommoir » qu’à « Martine au pays des data brokers ». À moins de poser une journée de congés à chaque fois que vous vous inscrivez à un service, on est bien d’accord que le bouton en bas du formulaire ressemble plus à « Je fais genre j’ai lu » qu’à quoi que ce soit d’autre.

Alors voilà, on va prendre un peu de temps pour balayer ce qui change vis-à-vis du consentement, du point de vue du professionnel qui voudrait se faire une liste de prospects à démarcher.

Pour tous les autres, surtout les particuliers : lisez si vous le souhaitez, c’est instructif. Sinon, sautez en bas d’article, il y a un truc pour vous.

Bonne lecture !

Lire la suite